Aide à la navigation :

Contenu de cette page :

Cher Corneille… prête-moi ta plume

Si je vivais aujourd’hui, j’aurais 400 ans. Bien sûr, je serais fier d’être un grand écrivain de Normandie dont les pièces sont toujours jouées au théâtre.

En me promenant à Petit-Couronne, j’ai vu que ma maison d’enfance est devenue un musée où se cachent mes pensées. J’ai Panneau Avenue Pierre Corneille - Photo : G. Bramedécouvert aussi que beaucoup de villes françaises ont une rue Corneille[Infobulle : infoplus ]. Les élèves qui étudient mes œuvres trouvent que c’est du vieux français. Moi, ce sont les grands mots d’aujourd’hui comme ordinateur, podcaster, Internet… que je ne comprends pas et il y a beaucoup d’objets que je ne connais pas. Par exemple, j’ai été surpris de voir des enfants écrire avec un drôle de crayon qu’ils appellent stylo. Ils s’habillent avec un blouson et portent des baskets. C’est vrai que c’est p lus pratique pour faire du vélo. Figurez-vous qu’ils m 'ont invité à aller à la piscine, c’est une so rte de lac plein d’eau : est-ce pour se laver ?

Mais au fait, je rêve puis que je suis mort depuis si longtemps. De mon temps, Rouen était à la campagne. Les salades, la sarriette et le cerfeuil vert poussaient dans mon jardin, un délice dans le waterzoï cuit au feu de bois ou dans la soupe avec des morceaux de pain. Les hommes riches portaient des perruques, des robes à manches ondulées et des chaussures à talons. Moi, j’écrivais à la plume d’oie devant les flammes de la cheminée l’hiver, les yeux collés sur mon parchemin. Savez-vous qu’on préférait dormir assis. C’était le 17ème siècle.

Pierre Corneille…

- ressuscité par des élèves de CM2 de Petit-Couronne (76) -


"Une corneille perchée sur une racine boit l'eau de la fontaine Molière"
Dans cette citation l'auteur joue sur les mots pour mieux faire un clin d'oeil à Corneille, Racine, Boileau, La Fontaine et Molière.

Infobulle : infoplusidp804240

Pierre Corneille est né à Rouen en 1606, il meurt à Paris en 1684. Avocat avant de devenir auteur dramatique et poète, il est contemporain du parisien Jean-Baptiste Poquelin, alias Molière (1622-1673). Il aimait à dire que "le baiser le plus doux ne dure qu'un moment. Un million de vers dure éternellement."

 
 

Pied de page :

Plan du site | | webdesign by eZoulou